vendredi 18 novembre 2016

Le zéro déchet, est-ce (trop) contraignant ?

Il y a un petit moment qu'on souhaite aborder ce sujet chez les castors : le zéro déchet, est-ce que c'est contraignant ???
C'est en tout cas une remarque qui revient souvent de la part des "zéro-sceptiques" ou au moins des gens qui regardent la démarche de l'extérieur en se disant : "c'est super ce que vous faites, mais moi, je trouve ça trop compliqué...".

Alors, avec Monsieur Castor, on s'est demandé : "le zéro déchet nous complique-t-il (vraiment) la vie" ?


La réponse ne s'avère pas si tranchée qu'on pourrait le croire. D'où le "vraiment'" entre parenthèses... On n'est pas là pour faire du prosélytisme, le but c'est vraiment de vous montrer la démarche telle que nous la vivons, et d'être clairs sur les obstacles que nous avons rencontrés.

Au premier abord, oui, se lancer dans le zéro déchet, ça vous complique un peu la vie :

- Parce que c'est teeeeelllllement plus "facile" de faire ses courses sur carrouf drive et compagnie, à 22h dans son canapé, et de tout récupérer pendant sa pause déjeuner dans 28 paquets (on le sait, on le faisait encore il y a quelques mois!). Et puis oui, en 2016, de la "merde" suremballée, on en trouve super facilement, et à petits prix. Alors c'est sûr que quand on décide d'avancer contre ces produits hyper industrialisés, ce n'est pas la route la plus évidente à prendre. On marche contre un système, et parfois, on rame, parce qu'associer vrac (ou réduction des emballages), proximité et qualité n'est pas non plus si simple.


- Parce que changer ses habitudes de consommation, ça veut dire chercher de nouveaux commerces / producteurs plus adaptés à notre démarche, et ça prend du temps au début, on tâtonne ! Et ce d'autant plus quand on habite hors des grosses métropoles qui ont déjà (la chance!) le magasin tout-en-vrac. Dans une ville moyenne voire à la campagne, ce n'est pas si évident, on est d'accord.

- Parce que dans ces nouvelles habitudes, il y a les sacs et contenants à emporter pour faire les courses. C'est surmontable quand même. A vrai dire, il y a même toujours au moins un cabas dans mon sac à main ou dans la voiture pour les courses qui n'étaient pas prévues, et dans la mesure où les sacs plastiques sont amenés à disparaître, zéro déchet ou pas, on est tous dans la même galère !

- Plus généralement, ça suppose un changement d'habitudes (alimentaires, organisationnelles, matérielles...) , et on le sait, l'humain déteste le changement. Ce n'est pas confortable, le changement, parce qu'il faut trouver ses repères ! Et assumer aux yeux des autres aussi.

-  Parce qu'on se rend compte qu'on a parfois de fausses bonnes idées. On croit que faire tel produit va être simple et rapide, alors qu'on final, c'est fastidieux et ça nécessite de nombreux ingrédients, par exemple. FBI ! (fausse bonne idée).

- Parce que ce n'est pas encore la norme, et qu'il faut donc affronter au quotidien les yeux de merlan frit de la boulangère qui nous voit débarquer avec le tup-tup, se justifier (et ce que c'est fatiguant, de se justifier tout le temps!), faire comprendre aux gens que ce n'est pas une "lubie". Oui, le zéro déchet peut compliquer un peu le rapport aux autres. Après, il faut aussi savoir lâcher prise quand on n'est pas chez soi. Chacun fait ce qu'il veut, hein, on ne part pas en croisade.
Oui mais, oui mais!
A plus long terme (quelques...mois?), le zéro déchet finit par aller de pair avec une SIMPLIFICATION de la vie quotidienne :

- Parce qu'on est beaucoup, mais alors BEAUCOUP moins dépendant des magasins. On utilise beaucoup d'alternatives lavables aux produits jetables du commerce, on fabrique beaucoup de choses maison à partir d'ingrédients simples achetés en grande quantité de départ, donc on n'a plus besoin de racheter sans cesse (de l'essuie-tout, des gobelets, des mouchoirs, des serviettes hygiéniques, du papier alu, de la lessive, des pépito, etc...). Avant, on avait l'impression de passer notre temps à retourner au supermarché parce qu'on avait oublié une bricole par ci par là. Aujourd'hui, cela ne nous arrive plus que rarement ! Je n'ai plus de lessive ? J'en refais, ça me prend 5 minutes. Mon pot de confiture est vide ? J'ai du stock en confitures maison faites cet été. Je dois emballer un goûter ? J'ai une boîte hermétique. Les enfants renversent un verre ? Exit le sopalin, j'ai un stock de lavettes microfibres qui tourne au gré de mes machines, si bien que j'en ai toujours sous la main. Ce qui nous paraît simple sur le moment (par exemple, le papier d'alu ou l'essuie-tout qu'on déroule, puis qu'on jette), n'est qu'un "leurre" de facilité. Avant, nous devions en racheter à chaque fois et nous étions embêtés quand nous n'en avions plus ! La société de consommation a bien exploité la flemmardise humaine, vous ne trouvez pas ?

- Les produits naturels ont souvent un usage multiple, nous avons en conséquence beaucoup moins de produits sur nos étagères, beaucoup moins de choses à stocker et à ranger. (cf. le Pshiiit à tout faire !)

- Étant moins dépendants des magasins, nous les fréquentons beaucoup moins ! CQFD ! De ce fait, le zéro déchet impacte assez positivement le mode de vie. Nous ne sommes plus tentés par les super promos, par les cartes fidélité qui vont avec (et notre carte bleue nous dit merci). Nous allons droit au but quand nous avons une course à faire. Avec Monsieur Castor, on parle carrément de sevrage du shopping entre nous. Nous avons redéfini nos besoins et pris conscience du superflu qui nous encombrait la vie (au sens littéral comme au figuré).

- En conséquence, le zéro déchet génère en général un mode de vie plus minimaliste. On a besoin de moins, mais de mieux. On se libère de toutes les babioles inutiles qu'on entassait (le cadeau dans le paquet de céréales...). On fait du tri, on ne garde que le nécessaire

- Du fait, on gagne du temps ! Nous ne traînons plus deux heures dans les magasins, nous avons moins de choses à déballer (avez-vous déjà été sidérés par le nombre d'emballages que vous jetez en rentrant des courses sans même avoir mangé ce que vous avez acheté?) , nous avons moins de choses à ranger à la maison et le ménage s'en trouve facilité. Nous trouvons désormais absurde de passer du temps à faire du shopping, à passer trois heures dans des boutiques et à en sortir soit les mains vides, soit les bras chargés de choses inutiles, ou qui répondent à un besoin ponctuel mais qui finiront à la poubelle. Logiquement, on utilise ce temps autrement, et on gagne en qualité de vie, en qualité d'échanges humains aussi. Ce qui compense largement le fait que fabriquer certaines choses maison prenne un tout petit peu de ce temps gagné.


En conclusion, pour nous, le zéro déchet simplifie évidemment la vie ! On ajouterait même que si la démarche vous complique la vie, c'est qu'il y a quelque chose qui coince quelque part. Demandez-vous si vous n'avez pas changé trop de repères d'un coup, si vos choix sont compatibles avec votre organisation familiale, etc.

TOUTEFOIS, et c'est ce qui pêche dans une société de l'immédiateté, avec le zéro déchet, il faut accepter de faire quelques efforts au début, de prendre son temps pour trouver ce qui convient à sa propre famille. Cette simplification n'est pas instantanée, c'est vrai.

La démarche zéro déchet est nécessairement progressive, mais c'est ce qui la rend durable et tenable ! A notre sens chaque petit pas en avant est une victoire sur laquelle on ne revient pas ! Une fois engagé dans le zéro déchet, on ne fait pas marche arrière. Si on amorce cette démarche, c'est a priori parce qu'on est convaincu qu'elle est bénéfique (pour l'environnement, pour notre santé, pour le porte-monnaie...) !

9 commentaires:

  1. Quelle admiration! Un combat qui me parait impossible ici. J avoue, nous sommes (trop) bons consommateurs... on s en rend compte, mais on ne sait pas ( pour le moment ) faire sans.
    Ceci dit, même si on n adhère pas au mode de vie zéro déchet, on peut adapter quelques gestes a une vie responsable. Désormais, on recycle correctement ( sauf quand les éboueurs ne passent pas pendant un mois, la c est compliqué ), on essaie de gaspiller moins et on achete nos légumes au Chtit panier ( produits locaux, sans savoir à l avance qui nous attends dans la cagette ) On aimerai composter, mais personne ne jardine chez nous... et comme on n a pas de poules, poubelles :( ( si tu connais qqun que ca intéresse )
    Bref, bravo pour cette belle initiative et je suis sure que nous pouvons tous faire quelques gestes pour notre belle planète.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vi ton discours, tu adhères déjà au zéro déchet, tu en es juste au début! Chaque geste compte, tu as raison.
      Pour le compost,nous n'avons pas de jardin mais nous le mettons chez les grands-parents. Si vous avez un jardin, c'est toujours possible de faire un compost sans faire de jardinage. Même s'il ne sert qu'à nourrir la terre, c'est déjà une très bonne chose et vos poubelles vont grandement s'alléger !

      Supprimer
  2. A la maison, nous ne sommes pas dans une démarche "complètement" zéro déchet par contre, nous avons mis en place pas mal de points afin de réduire notre impact sur l'environnement... Les courses restent un frein parce que, les grandes surfaces, dans mon coin, proposent du suremballage. On pourrait aller chez des petits producteurs (on le fait d'ailleurs en partie) mais ça nous fait quand même des kilomètres en voiture... donc, on varie les stratégies. Par contre, le rapport à la consommation change complètement : le regard sur ce qu'on achète, ce qui est vendu... et ça a aussi le mérite de sensibiliser notre fille de 8 ans... Belle journée (Belle découverte ce blog ^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut être avez-vois une "ruche qui dit oui" ou un autre groupement de ce type près de chez vous, ça permet de ne faire qu'un voyage pour faire ses courses. Et effectivement, cette démarche vous amène à consommer différemment !

      Supprimer
  3. J'adore votre blog et vos articles très bien écrits ��
    Tout paraît difficile quand on essaye pas au moins une fois. Quand je suis passée aux couches lavables pour ma fille on m'a traité de folle, d'uluberlu, et quand j'en parle on me regarde avec des yeux ronds et on me demande Pourquoi te compliquée la vie !!!??? Alors qu'en fait je suivais juste la démarche écologique et j'offrais à ma fille une alternative toute douce et moins dangereuse pour ses petites fesses hyper fragiles
    Bref, merci pour votre partage et vos conseils la famille Castor ☺ Je vous suivrai avec plaisir et mettrai autant que possible vos bonnes idées en pratique
    Juliette Bart

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les couches lavables, nous y avons pensé lorsque nos castors juniors consommaient mille couches par jour ! Mais à l'époque, nous n'étions pas suffisamment dans la démarche zéro déchet pour franchir ce pas. Aujourd'hui, pour deux couches par nuit, l'investissement serait trop,important...En tout cas bravo à vous et merci de nous suivre !

      Supprimer
  4. Pour moi, le plus contraignant du zéro déchet, c'est la multiplication des commerces. Avant c'était simple, j'achetais tout au drive. Maintenant j'ai mon petit planning: le lundi, je récupère la toute petite commande du drive, le mercredi c'est le magasin vrac et la ruche, le jeudi la biocoop, le samedi le boucher!
    Pour le reste, c'est vrai que je ne vois aucune contrainte!

    RépondreSupprimer
  5. Ce matin j'ai du aller dans un supermarché pour acheter qques produits pour lesquels je n'ai pas encore trouvé d'alternative. Quelle angoisse !!!! Je me sens oppressée. C'est bizarre car je suis en transition depuis 8 mois "seulement" mais je me sens mal quand je retourne dans les hypermarchés. Tous ces produits inutiles, tous ces emballages, tout ce bruit, tout ce monde...

    Quel bonheur d'aller chez day by day 1 fois tous les 15 jours, dans un magasin calme, avec du personnel souriant et dans lequel je ne passe qu'à peine 30mn pour faire toutes mes courses !

    Le zéro déchet c'est se compliquer un tout petit peu la tâche au moment du changement d'habitude mais ensuite c'est un vrai gain de temps et de qualité de vie :-D

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour ce billet (toujours) très bien écrit ! Je trouve qu'il répond de façon très claire et honnête à une question que l'on se pose souvent en démarrant la démarche Zéro Déchet, ou que nos proches nous posent régulièrement lorsqu'on fait le bilan...

    RépondreSupprimer