dimanche 6 novembre 2016

Mon vote ne changera rien

A l'approche des élections présidentielles de 2017, nous allons assister dans les mois qui viennent à un grand déchaînement politique et médiatique. Au vu du contexte en France, nombreux sont les électeurs à être complètement blasés, à ne plus se reconnaître dans les partis politiques, qu'ils soient de convictions de droite ou de gauche d'ailleurs. Les gens sont assez persuadés que leur vote ne changera rien et que le pouvoir politique est quelque chose qui est hors de portée du français lambda.


Chez les castors, on essaie d'être optimistes, voyez-vous, et on est persuadés que nous tous, vous, moi, avons un pouvoir. Seulement il ne réside peut-être pas (seulement) dans le vote électoral. Oui, c'est important de voter, c'est un devoir, mais il est un autre vote entre vos mains, et il est quotidien.
Ce vote, ce sont vos achats par exemple.

Cet article a un petit ton révolutionnaire et/ou utopiste, à vrai dire on n'a pas inventé l'eau chaude, c'est juste une histoire d'offre et de demande.

On peut se plaindre de toutes les cochonneries contenues dans un paquet de bonbons, des pesticides qui nous empoisonnent sur les fruits et légumes du supermarché, mais en continuant d'acheter ces produits, on les cautionne ! Et il en est de même pour ces vêtements fabriqués par des enfants à l'autre bout du monde dans des conditions déplorables, pour ces articles jetables qui remplissent les décharges et les incinérateurs, quand ils ne finissent pas par polluer la mer.


On a tous le pouvoir de faire certaines choses nous-mêmes plutôt que d'acheter un produit équivalent tout prêt mais toxique qui va nous faire gagner 3 minutes. On a tous le pouvoir d'éteindre sa télé et de se libérer des sollicitations publicitaires qui nous créent de nouveaux besoins toutes les 20 secondes. Le tout, c'est de le vouloir. Le "pouvoir" d'achat, il est là.

On a tous le pouvoir de mieux acheter, même si notre porte-monnaie ne permet pas toujours de le faire sur 100% du caddie. Eh oui, nous aussi on met encore les pieds chez Kiabi, Auchan ou Carrefour de temps en temps, on n'est pas là pour donner des leçons, on est loin de la perfection. On vit en ville et on utilise deux voitures. Nos journées ne font que 24h. Bref, on est des français moyens et notre marge de progression est encore énorme ! Mais est-ce pour autant que nous devons nous résigner et ne rien faire ?
Chacun peut faire sa part, aussi petite soit-elle. Une famille ne va pas changer le monde, mais des centaines, des milliers de familles qui font toutes des petits gestes en ce sens ont un poids énorme !
Peut-être qu'il faut simplement arrêter de croire que les autres feront les choses à notre place ?
Beaucoup d'initiatives peuvent venir d'en bas, on appelle ça le "bottom-up". Le film Demain, par exemple, a le mérite de mettre en lumière tout un tas d'initiatives qui viennent des citoyens et qui leur changent réellement la vie au quotidien. Ces gens n'ont pas de super-pouvoir, ils ont simplement décidé de changer les choses à leur échelle, d'arrêter d'attendre un changement qui, de toute façon, ne viendra pas d'en haut.

En faisant attention aux emballages qui entourent nos aliments, en achetant local, en achetant bio, en soutenant des associations, nous avons tous le pouvoir de placer notre argent en accord avec nos convictions, ou le pouvoir en tout cas de ne pas le placer dans ce que nous ne cautionnons pas

4 commentaires:

  1. Bonjour et bravo pour cet article très bien écrit.
    Comme l'a dit la maman de la famille zéro déchet il y a peu de temps lors d'un reportage : "Ce n'est pas parce qu'on ne peut pas tout faire qu'on ne doit rien faire".

    Comme vous le dites, même si on ne réussit pas à faire un caddie 100% parfait, chaque effort paye. Il faut donc se focaliser sur chacun de nos efforts et essayer petit à petit d'en faire davantage :-D

    RépondreSupprimer
  2. Je suis entièrement d'accord avec toi. C'est ce que je n'arrête pas de répéter ces derniers temps. Le pouvoir n'est plus aux urnes mais dans nos gestes du quotidien et dans notre façon d'acheter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est silencieux, mais c'est en marche, on y croit !

      Supprimer