samedi 7 janvier 2017

Retour à la terre avec les incroyables comestibles !

Nous vous l'indiquions dans un précédent article, nous aimerions que 2017 soit pour notre famille de Castor, l'année du retour à la terre. Certes, un léger problème nous freine dans nos envies : nous n'avons pas de jardin...! Mais heureusement, nous avons pleins d'idées ! 

D'abord (un grand merci au père noël) nous allons pouvoir mettre un carré potager dans notre petite cour citadine. Nous vous en donnerons régulièrement des nouvelles une fois qu'il sera installé. Malheureusement faute d'ensoleillement suffisant et bien sûr, de place, nous serons limités dans nos semis. Toutefois, nous nous renseignons aussi sur les possibilités en terme de plantations "verticales" dans la mesure où notre cour est encadrée de grands murs. Ce potager est une première étape qui nous est nécessaire et elle permettra à notre famille de castor de mettre les mains dans la gadoue ! 

Mais ce carré n'est qu'une partie de notre projet de retour à la terre. En effet, s'il est nécessaire, nous risquons rapidement d'en ressentir les limites. Dans l'idéal, nous achèterions bien un petit bout de jardin de nos voisins mais il faudrait pour cela  régler les questions techniques (un mur de 6 m de haut et une dépendance en brique nous séparent du-dit jardin) et financières. Et puis, il faudrait que l'on en parle au propriétaire également !...Du coup, l'idée est là mais ce ne sera pas pour tout de suite.

Nous pourrions faire notre jardin chez les papy et mamie. Ils sont tout à fait d'accord avec l'idée et papy René possède pas mal de connaissances dans le domaine et il nous serait d'une grande aide. Mais, même s'ils habitent dans la ville d'à côté, la distance nécessiterait des allers-retours en voiture et pourrait être un frein à long terme dans notre motivation. Là encore, nous gardons cette idée en tête.
Mais ces derniers temps, une ancienne idée nous est revenue au détour de nos lectures...Une idée totalement en accord avec notre transition et cet état d'esprit qui nous meut. Une idée qui allie cette envie de retour à la terre et ce besoin de partage, de communauté.
Nous voulons nous lancer dans l'aventure des incroyables comestibles. L'idée n'est pas nouvelle dans notre ville et déjà en 2012, des habitants avait lancé sur Béthune ce projet, en proposant devant chez eux des plantations. Des contacts avaient été pris avec les élus mais il ne semble pas à ce jour que les espaces verts municipaux soient accessibles à cette démarche.
Bien que l'hiver ne soit pas la saison la plus propice pour se lancer dans l'aventure, nous avons mis en "test" une première jardinière de thym sur le rebord de notre fenêtre.

Les incroyables comestibles : qu'est-ce-que c'est ?

L'idée originale des Incredible Edible est née en Angleterre en 2008 dans la ville de Todmorden. Il s'agit d'une expérience communautaire qui visait, dans un contexte de crise économique, à faire renouer les habitants avec la terre et à favoriser l'autosuffisance alimentaire via des potagers communs. L'idée, c'est d'utiliser des plates-bandes et espaces verts de la ville, devant chez soi, mais aussi dans les rues, pour y planter des légumes, des arbustes fruitiers, des herbes aromatiques etc., que chacun pourra récolter gratuitement.
Via ce jardinage coopératif, on peut recréer du lien social dans les quartiers, et lutter contre les difficultés économiques et écologiques en étant plus résilients puisque plus autonomes.

Des objections, des craintes ?

Oui il y en a, c'est vrai. On peut craindre les dégradations, les vols. On peut craindre que des personnes se servent généreusement lors de la récolte alors qu'ils n'ont pas participé et qu'il ne reste rien pour les gens qui se sont investis. C'est un risque.

Mais si on n'essaie pas, comment savoir ? Nous sommes des gens plutôt optimistes. Certains nous diront naïfs, peut-être. Soit.
Nous ne pouvons nous empêcher d'être confiants en l'humain ! Les mêmes objections avaient été faites quand Mme Castor avait lancé l'idée de la Pièce à Troc, sur son lieu de travail. La réalité, c'est qu'une seule dégradation a été constatée en près d'un an de mise en service.  De même, à Todmorden, la ville qui a créé les incroyables comestibles, les incivilités et les dégradations ont fortement diminué depuis le lancement des potagers participatifs (Le livre Demain et après, un nouveau monde en marche, de Cyril Dion, en parle très bien).

Nous pensons que si l'endroit des plantations est choisi dans un lieu très fréquenté, non seulement il sera plus facile d'engager la conversation avec les passants et de les inciter à participer, mais aussi le potager sera-t-il sûrement plus respecté.

Nous pensons aussi qu'il est nécessaire d'investir l'espace public, pour renforcer l'envie de coopération, l'implication et le sentiment d'appartenance à la communauté. Nous remarquons que les gens s'arrêtent devant notre jardinière par exemple mais n'osent pas y toucher car ça ne leur appartient pas. Les réactions seraient peut-être tout autre dans un lieu public.
Le principe des incroyables comestibles n'est pas, à notre sens, que des gens cultivent gratuitement des légumes pour d'autres. Mais plutôt que les gens le fassent en groupe, qu'ils échangent leurs savoir-faire, qu'ils passent du temps ensemble, qu'ils coopèrent, pour produire ensemble ! Quoi de plus valorisant, de plus stimulant ?

Les premiers contacts ont été pris...

Bien qu'il existe dans notre quartier un potager solidaire, celui-ci est encadré, accessible à des horaires précis et à des personnes en situation de précarité en priorité.
Nous avons toutefois repéré près de chez nous des petits espaces verts visibles et passants, qui pourraient tout à fait convenir pour investir l'espace public dans le cadre des incroyables comestibles. Un premier contact a été pris avec le maire de Béthune et nous attendons un échange avec ses collaborateurs.
Persuadés que l'idée pourrait créer du lien dans le voisinage, nous espérons que le projet pourra être mené à bien ! La motivation et l'enthousiasme sont là, en tout cas...

5 commentaires:

  1. Bonjour,

    Pour palier au manque de terre, vous pouvez tester le Wicking Bed.
    Vous pouvez en construire un à partir d'une lessiveuse comme je l'explique ici : http://ecolo-bio-nature.blogspot.fr/2016/06/comment-construire-un-wicking-bed-1ere.html et la suite ici : http://ecolo-bio-nature.blogspot.fr/2016/06/comment-construire-un-wicking-bed-2eme.html

    J'en ai installé 2 sur la terrasse l'année dernière et je ne le regrette pas ! Les résultats sont plus que satisfaisants.

    Bien amicalement,
    Isa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore le concept. Je place cette idée dans ma "liste des choses à tenter" de ce pas !

      Supprimer
  2. Quelle superbe idée ces incroyables comestibles!
    J'espère que votre ville vous permettra d'envahir l'espace public de délicieux fruits et légumes à partager :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous l'espérons également ! Mais nous sommes optimistes de nature !! La municipalité de Béthune ambitionne au travers du projet smartcity de développer ce type de projet communautaire. Il souhaite mettre en place des projets : "solidaires, innovants, ouverts, collaboratif, astucieux et réplicables"...je pense qu'on y est !

      Supprimer
  3. bonsoir, et tout d'abord bravo pour votre parcours, vos idées et le partage. Nous essayons aussi de faire adopter une charte dans notre commune pour pouvoir investir les espaces laissés en friche avec des plantes comestibles ou durables tout au moins. La commune a l'air volontaire (de bonnes initiatives, une ressourcerie accueillie sur la commune par ex) mais tâtonne pour ce qui est du cadre de la responsabilité. Cela nous semble long, nous aimerions démarrer au printemps prochain. D'où ma question: où en êtes vous de vos discussions avec la municipalité? bonne chance !

    RépondreSupprimer