mardi 21 février 2017

Le castor et le colibri

Malgré les efforts des animaux toujours plus nombreux à s’activer, l’incendie continuait de ravager la forêt. Un castor ayant écouté le colibri décida de faire sa part en construisant un barrage afin de retenir l’eau de la rivière et ainsi inonder les berges pour ralentir la propagation des flammes. Voyant cela, le colibri, à chaque fois qu’il déposait une goutte d’eau pour éteindre le feu prélevait sur un arbre une brindille qu’il remettait au castor. Interloqués par ce nouveau manège, les autres animaux questionnèrent l’oiseau.
"Colibri, pourquoi perds tu ton temps et prends tu autant de risques pour quelques brindilles ? Tu fais déjà ta part, laisse donc faire le castor !"
Le volatile leur répondit alors :
"Plus vite le barrage sera terminé, plus court sera notre voyage pour aller chercher de l’eau. Le peu d’effort que cela me coûte, je le gagnerai au centuple par la suite. Ce n’est qu’en faisant converger nos efforts et nos consciences, ce n’est qu’ensemble, que nous parviendrons à éteindre l’incendie.

Au travers de ce petit récit qui prolonge modestement la légende désormais très connue du colibri, nous souhaitons illustrer un des aspects importants de notre engagement : le faire ensemble.
Comme nous le relatons au travers de ce blog, notre famille de castors essaie de faire sa part en changeant peu à peu son quotidien. Le chemin est encore long, mais la démarche «zéro déchet» est désormais intégrée dans notre façon de vivre et les actes de notre vie (tant que faire se peut...) sont désormais guidés par l’envie de sobriété et par la nécessité de protéger notre environnement. C’est de moins en moins un effort, de plus en plus une habitude. Notre maison, devient chaque jour un peu plus ce que nous appelons «un barrage». Barrage, dans cette société du trop. Trop de déchets, trop d’inutilité, trop d’individualisme...
Cependant, malgré tous nos efforts, nous avons pleinement conscience nous ne pourrons mener seuls l’ensemble des combats. Il est nécessaire (et en plus c’est sympa !) de rejoindre les groupes existants ou d’en créer d’autres. C’est dans cette optique d’ailleurs que nous avons récemment rejoint le groupe des Colibris de Béthune où nous avons rapidement faits de belles découvertes et d’encore plus belles rencontres ! C’est également pour cela que nous avons aujourd'hui l'envie de lancer un mouvement de transition à l’échelle de notre quartier.
Le 3 mars prochain, nous convions nos voisins à un petit apéro façon «auberge espagnole» sur le thème de la transition afin de faire connaissance et de discuter des actions que nous pourrions mener à l’échelle du quartier pour recréer du lien, agir à notre échelle en faveur de l'environnement et du partage... Des flyers ont été déposés dans les boîtes aux lettres, et nous en discuterons avec les quelques personnes que nous rencontrerons d'ici là près de chez nous. Si nous parvenons à mobiliser quelques riverains, ce sera déjà une réussite et sinon? Et bien nous continuerons de notre côté et essaierons de mobiliser autrement!
Comme souvent, nous n’avons rien inventé... Cette idée s’inspire plus que largement du concept des «rues en transition» que vous pourrez mieux découvrir en parcourant le site http://www.ruesentransition.be , concept lui-même héritier direct du réseau "Transition network" propulsé par Rob Hopkins.
Nous espérons que ce projet-barrage pourra se construire ! Nous espérons également que d’autres projets-barrages verrons le jour cette année (un jardin "partagé", une sensibilisation des commerçants à la diminution des emballages...).

Des projets-barrages, vous en avez ? L'idée vous parle ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire