mardi 4 octobre 2016

Vers le "Zéro Déchet"

Le "zéro déchet" fait partie de nos vies depuis un peu plus d'un an. Le déclic a eu lieu en septembre 2015 : et si on essayait de réduire la quantité d'ordures qu'on sort chaque semaine ?

Avec un an de recul, forcément, j'ai pleinnnnn de choses à dire sur le sujet, je vous avouerai que je me suis longtemps demandé par où j'allais commencer. Alors je vais essayer d'introduire la question de façon claire et concise, pour guider ceux qui voudraient se lancer !

1. Le "zéro déchet", kézako ?


Le "zéro déchet", ou "zero waste" si on se la joue international (comment ça, ce blog n'est pas mondialement connu?), à la base, n'est pas forcément un zéro absolu. Ce qu'on entend par "déchet", ce sont les ordures non recyclables, tout ce qui part à la décharge/déchetterie/incinérateur, dans vos jolies poubelles noires. Ce sont en tout cas ces déchets-là qu'on essaie de réduire à zéro. Alors évidemment, le meilleur déchet est celui qu'on ne produit pas, c'est certain : si on peut AUSSI réduire la quantité de déchets recyclables, on ne s'en prive pas, bien au contraire !
Le zéro déchet va souvent de paire avec le minimalisme : moins on achète, moins on possède, moins on risque de produire de déchets. Voilà qui suppose donc un mode de consommation plus responsable, plus réfléchi !

2. Les principes


Je ne vais pas tout reprendre car il y a des tas de gens qui l'ont fait avant moi (et beaucoup mieux que je ne le ferais). D'ailleurs je vais vous préparer une page dédiée avec toutes les inspirations, les références, etc. Je vous renvoie notamment vers la très célèbre Béa Johnson, dont les déchets d'un an tiennent dans un bocal d'un litre, et qui résume le zéro déchet aux "5 R", 5 principes à appliquer et toujours dans cet ordre :

1. REFUSER 
les sachets dans les magasins, les goodies et cadeaux gratuits qui ne servent à rien, les pubs dans la boîte aux lettres, etc.

2. REDUIRE
arrêter les achats compulsifs, n'acheter que le nécessaire, mieux évaluer ses besoins pour ne pas gaspiller... Cela passe aussi par le fait maison, qui peut éviter d'acheter.

3. REUTILISER
Eviter le jetable, privilégier le réutilisable, réutiliser les contenants (bocaux, boîtes, sacs) pour ceux qui peuvent l'être...

4. RECYCLER
Ce que vous ne pouvez ni refuser, ni réduire, ni réutiliser. Respecter le tri sélectif, rapporter les appareils usagés dans les points de collecte dédiés, etc.

5. "ROT" (Eh oui, Béa est française mais vit aux States) = COMPOSTER
Une partie considérable de nos déchets peut être compostée (épluchures, restes alimentaires, papier kraft/carton, filtres à café/thé, coquilles d’œuf etc.)

J'ajouterai toutefois quelque chose. Pour moi, les déchets, ce sont aussi toutes ces particules cracra qui s'écoulent dans l'eau via nos cosmétiques et nos produits d'entretien. Le Zéro déchet, c'est aussi faire attention à ce qu'on jette dans l'eau, et donc utiliser des produits biodégradables.

 

3. Concrètement, chez nous, comment ça se passe depuis un an ?

 

LES COURSES
Le tout premier geste, qui va de toute façon être imposé par la loi, est de ne plus utiliser de sacs plastiques. On emporte nos cabas, cagettes et paniers, et même nos sacs en tissu pour les fruits et légumes (Carrefour accepte, si si, on a essayé) et les boîtes à œufs. Et quand on doit acheter un produit emballé, on privilégie des emballages en :  verre (seul matériau recyclable à l'infini) / kraft (recyclable et compostable) / papier ou carton imprimé (recyclable).

Quand on a commencé à s'investir dans la démarche, on s'est évidemment confrontés très vite aux limites des supermarchés. Tout y est sur-emballé, et rien que le rangement des courses générait des tas de déchets (cartons des yaourts, plastiques, etc.). Le problème, c'est qu'en travaillant tous les deux, avec des enfants jeunes, aller vers les petits producteurs est chronophage et compliqué logistiquement, et il nous est impossible de faire le marché de notre ville qui a lieu le lundi et le vendredi, quand on bosse.

Il se trouve que c'est à cette période qu'on a passé nos premières commandes via La Ruche qui dit oui (sorte de "drive fermier" où on rencontre les producteurs), ce qui a résolu une bonne partie des problèmes "sur-emballage" et "logistique". Les produits sont essentiellement des produits fermiers/artisanaux, donc les emballages sont réduits au nécessaire : sachet kraft pour les légumes, papier pour les fromages, etc. Tout n'est pas parfait (pots de yaourt en plastique, viande emballée sous vide donc dans du plastique) mais la qualité des produits est au rendez-vous et on mange beaucoup mieux.

On s'est également tournés vers le supermarché bio Un Autre chemin, qui propose pas mal de choses en vrac (pâtes, riz, céréales, fruits secs...), on va y faire le plein avec nos sacs en tissu. On aime aussi le rayon droguerie/cosmétiques qui propose des alternatives sympa. Après, à part le vrac et les fruits et légumes, la question du sur-emballage est la même que dans un supermarché classique.

Plus récemment, on a aussi testé Les fermiers bio : un magasin bio en direct de la ferme avec une annexe épicerie et vrac type supermarché bio. On a aimé !

EN CUISINE
Pour éviter les déchets, on est revenus au fait maison pour beaucoup de choses.
Depuis un an, on fait donc régulièrement nous-mêmes : nos yaourts, nos brioches/pains, les goûters des enfants (gâteaux, biscuits), les confitures, les pâtes à pizzas/ à tartes. Cela génère un peu de déchets, certes, mais beaucoup moins, et ils sont souvent recyclables ou compostables (papier du sac de farine ou de sucre, épluchures des fruits, bouteille de lait...)
On ne mange presque plus jamais de plats industriels/surgelés. On cuisine des choses simples, et c'est très bien comme ça.

On composte : en réalité, on n'a pas de jardin donc on met de côté nos déchets compostables qu'on apporte chaque semaine aux beaux-parents qui eux, ont un composteur au jardin.

On a exclu le sopalin (remplacé par des lavettes pour le nettoyage, des bavoirs/serviettes pour le débarbouillage). On limite l'utilisation d'éponges (brosse à vaisselle en bois à tête remplaçable et compostable)
On a exclu la cafetière à dosettes (remplacée par une cafetière italienne).
On commence à limiter les appareils à obsolescence programmée en général.
On a exclu le film alimentaire, les sacs congélation et presque exclusivement l'aluminium (remplacé par des tupperwares ou du tissu alimentaire enduit - je vous en parle bientôt).
On a exclu les pom'potes pour les enfants et on utilise des gourdes lavables qu'on remplit. 
On a exclu les packs de bouteilles d'eau d'1,5L et de 0,5 L (remplacés par l'eau du robinet, des bidons de 5L et des gourdes)

POUR LE MENAGE ET L'HYGIENE
On revient à des produits ménagers simples et faits maison à base de savon de Marseille, vinaigre blanc, bicarbonate de sodium (sauf pour le lave-vaisselle où on galère encore).
Pour les cosmétiques, on privilégie le bio, et quand c'est possible, les produits naturels peu transformés et peu emballés (huiles végétales, savonnettes...). On utilise des brosses à dents compostables.
On utilise de plus en plus de choses lavables (je pense aux cotons et aux mouchoirs)
J'utilise une coupe menstruelle et n'achète plus de protections périodiques.
Nos enfants sont en phase de devenir zéro déchet en n'utilisant presque plus de couches (youpi ya ya youpi youpi ya).

EN GENERAL, NOTRE MODE DE VIE EST EN TRAIN DE CHANGER
La philosophie "zéro déchet" a un impact sur tout le mode de vie. Sur les loisirs, sur ce qu'on achète pour la maison, sur les cadeaux qu'on fait et qu'on reçoit. On essaie de faire de plus en plus attention à la question des déchets qu'on génère pour :
- se vêtir / se chausser
-  nos sorties et loisirs
- nos divertissements (livres, jouets, musique, etc.)
- on a aussi sorti les ordures télévisuelles, pour citer Tryo, puisqu'on a vendu la télé !
- les cadeaux (choisir de l'utile, du solide, s'orienter vers les biens d'occasion, le fait-main, le local, privilégier les expériences aux biens matériels)

Voilà, grosso modo, notre état des lieux après une année de zéro déchet. Je vous l'accorde, pour la concision, on repassera, je vous ai sorti un bon gros pavé !

4. Nos objectifs pour l'année 2


Finalement, les petits efforts de l'année 1 ne nous ont pas paru difficiles à accomplir, au contraire, les premiers pas sont les plus aisés, on progresse vite ! On est encore loin d'être exemplaires, mais ça avance !
Pour notre deuxième année de zéro déchet, on va essayer de réduire encore nos poubelles et de fréquenter moins encore les supermarchés et grandes surfaces (on s'y rend encore trop à notre goût). On va poursuivre nos efforts vers le bio, le local, le vrac !
On veut surtout acheter mieux, pour jeter moins, et c'est là que le mot durable prend vraiment tout son sens : 
- éviter d'acheter du matériel à obsolescence programmée
- sortir au maximum le plastique de nos vies et privilégier les matériaux nobles et durables (verre, inox, bois)
- acheter moins de choses neuves, plus de choses d'occasion, faire de la récup
- quand on achète du neuf, acheter des choses produites de façon plus équitable (marque engagées, matériaux respectueux de l'environnement, achats solidaires)
- privilégier vraiment les expériences à la possession, notamment pour les cadeaux de Noël.
- se recentrer sur l'essentiel, arrêter d'acheter de l'inutile, se satisfaire de ce qu'on a !

Beau programme n'est-ce pas ? 
Et vous, le zéro déchet, ça vous parle ? Vous vous y êtes déjà mis ? Vous avez envie de franchir le pas ?
Si vous avez des questions, n'hésitez pas !

12 commentaires:

  1. Moi je m'y met doucement petit pas par petit pas ! Mais c'est comme ça comme ca qu'on prend les bonnes habitude =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tout à fait ! Je pense justement qu'un changement trop radical n'est pas toujours efficace. Une habitude à la fois, c'est comme ça qu'on avance ! C'est super en tout cas, merci pour ton passage par ici !

      Supprimer
  2. Mon mari et moi avons décidé de nous lancer depuis peu. On commence doucement, on épuise les dernières réserves "jetables" et on cherche des alternatives. On fait désormais nos courses "fraîches" à la ferme mais je cherche encore un supermarché en vrac.
    Hâte de lire vos bons conseils !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super ! C'est souvent un peu frustrant quand on habite pas une grosse ville de n'avoir pas les commerces qui permettent d'aller au bout de la démarche. Nous habitons une ville de 30 000 habitants environ et les solutions sont encore loin de ce qu'on peut trouver sur Lille par exemple (nombreux marchés, Day by Day et biocoop diverses). Bonne continuation dans votre démarche en tout cas !

      Supprimer
  3. Nous aussi, on s'est mis au zéro déchet depuis un peu plus d'un an, après avoir découvert Béa Johnson. Du coup, on privilégie le vrac chez Day by Day (où l'on a découvert la pâte à tartiner sans huile de palme), on traque la bonne affaire sur LBC, on utilise du shampoing solide et on composte tout ce que l'on peut. Les prochaines étapes, ce sera certainement les couches lavables, les yaourts-maison et un poulailler au fond du jardin. On n'a pas franchi le pas du "sans télé"", on s'est contenté de ne pas se réabonner au Télér*m* que j'adorais pourtant.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Déjà beaucoup d'étapes franchies chez vous, c'est top ! Bonne continuation sur ce chemin épanouissant :)

      Supprimer
  4. Ici on parle aussi d'écofrugalité car on démarrant le zéro déchet, on cherche finalement à faire mieux avec moins !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le mot "écofrugalité", je manquais du terme pour nommer tout ça ;)

      Supprimer
  5. Allez sur le site de biocoop vous pouvez ouvrir le vôtre dans les environs !! ;)
    Perso on est bien embêtés puisqu'on a désormais plus de poubelles recyclables que de non recyclables et que les recyclables ne passent que tous les 15 jours... à quand la tendance inverse ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah eh bien justement, on doit écrire un truc là dessus parce que pareil, chez nous, l'organisation du ramassage des ordures est assez inverse à la tendance chez nous !

      Supprimer
  6. Nous aussi on s'y met petit à petit, shampoing solide maison, liniment maison et surtout achats d'occasions le plus souvent possible (brocante, vide-grenier et notre précieux ami le Bon Coin). On aménage bientôt dans notre nouvelle maison, et il va y avoir du changement! Prochaine étape : achat en vrac, compost,...

    Hâte de suivre vos aventures :)

    RépondreSupprimer
  7. Nous nous sommes mis au Zéro Déchet depuis bientôt un an également. Ton billet résume tellement bien notre année, je crois que je ne vais même pas m'embêter à écrire un billet sur mon blog, je vais directement renvoyer vers le tien !! :-D
    Plus sérieusement, merci beaucoup pour ce retour d'expérience. Ce qui fait plaisir en faisant ce genre de bilan, c'est de se dire que, quelque soient les petits ou grands gestes que l'on adopte, "là où je suis aujourd'hui, c'est déjà mieux que là où j'étais hier"...

    RépondreSupprimer