mardi 18 octobre 2016

Décroissance en cuisine


1. La décroissance, on en parle ?

Dans nos sociétés occidentales actuelles, l'idée selon laquelle la croissance économique engendre le bien être de l'humanité est très largement répandue. Plus on produit, plus on crée de "richesses" et plus on rendrait les gens heureux...
Et bien chez les Castors, nous pensons sincèrement que cette façon de faire ne crée aucunement le bien être mais au contraire, elle entraîne d'avantage de problèmes (chômage, précarité, stress au travail, pollution...).
Bien évidement, de nombreux progrès techniques ont considérablement amélioré nos vies mais combien de ces soit disant progrès ont entraîné des effets néfastes pour l'Homme et la planète ? Le bien être ne se trouve certainement pas dans la possession ou l'accumulation.
Sans avoir trop potassé la question (comme souvent me direz vous !) nous avons orienté notre mode de consommation vers une l'inverse de la croissance...la décroissance (Merci professeur Castor !) 
Mais qu'est ce que c'est que cette bestiole ?

Je viens de vous le dire, merci de suivre ! Pour faire court et sans entrer dans un débat de fond, la décroissance, c'est penser que l'on peut être heureux en possédant peu mais utile, en consommant moins mais mieux, en utilisant moins les matières premières de notre planète.

2. En pratique

Nous ne sommes pas des fanatiques de la décroissance, nous utilisons (trop) souvent notre voiture, nous consommons encore des produits industriels, etc. Mais cette idée de décroissance nous guide chaque jour et nous fait repenser notre manière de vivre.
L'un des endroits dans notre maison où nous avons le plus progressé en terme de décroissance, c'est sans aucun doute la cuisine !

Comme beaucoup, nos placards de cuisine étaient le symbole parfait de la surconsommation, le bazar de l'inutile !
Des saladiers en veux tu en voilà, des poêles par douze, casseroles par quinze, 3 cocotes, 4 louches, des trucs-que-tu-sais-même-pas-à-quoi-ça-sert, des pots de toutes sortes (des petits, des grands, des moyens, des moyens grands mais pas trop petits...), des moules, des tas de moules, des moules à cake, à muffins, à madeleine, à cup cake, à macaron...
Et avec ça, je vous mets quoi ma petite dame ? Une flopée de machines électriques s'il vous plait monsieur !

Il y a quelques semaines, las de cette orgie d'ustensiles et autres appareils culinaires, nous avons décidé de faire un grand ménage !

D'abord, le tri ! Nous avons choisi de garder essentiellement ce dont on se sert régulièrement et donc ce qui nous est réellement utile ! Deux poêles, deux casseroles, une crêpière, deux tourtières, quelques saladiers...Et bien après, incroyable, moi, Monsieur Castor, j'arrive enfin à fermer nos placards sans pousser avec le pied ! 
Nous avons encore une marge de progression de ce côté. On verra avec le temps quels objets peuvent être à leur tour retirés. Nous avons aussi quelques objets (des mugs et une grande louche entre autre) qui ont une valeur sentimentale (oui une louche peut avoir une valeur sentimentale !) dont il est encore difficile de nous séparer. Mais franchement, on avance et ce n'est pas si compliqué que ça !
Après le tri, on a fait une petite valse des appareils. Le but est de limiter notre consommation d'énergie en réduisant les appareils électriques (et donc à obsolescence programmée !) au profit des mêmes objets non électriques et donc à durée de vie quasi illimitée. 
Du coup, terminée la cafetière à dosettes remplacée par une cafetière italienne à poser sur le gaz (et c'est zéro déchet puisque le filtre est perpétuel), terminée la bouilloire électrique qui faisait sauter les plombs et adieu le micro-ondes dont on se servait presque uniquement pour faire chauffer le lait des castors juniors et qui prenait la moitié du plan de travail ! On utilise désormais une casserole (oui je sais, c'est fou !!). Résultat, on se rend vite compte que c'est pratiquement aussi rapide d'utiliser ces objets. Et quand c'est un petit peu plus long, est-ce vraiment gênant d'attendre 2 minutes de plus ?

3. La marge de progression

Là encore, tout n'est pas parfait car nous continuons à utiliser des appareils électriques. Mais, c'est un peu différent car nous les utilisons pour confectionner nos produits maison : la yaourtière ou la machine à pain. Du coup, l’énergie que l'on consomme pour faire marcher ces appareils est compensée par celle que l'on utilise pas du fait de l'achat du produit. Par exemple, saviez-vous que si on prend en compte l'ensemble des matières premières qui le compose, un yaourt à la fraise peut parcourir plus de 9000Km ?...Sur ce plan, notre bilan énergétique est largement positif.
Nous sommes loin d'avoir atteint un niveau d'excellence en terme de décroissance dans notre cuisine mais nous avançons à bonne allure.
La prochaine étape ? Bannir le plastique de la cuisine. Pour cela, nous allons remplacer petit à petit tous les ustensiles en plastique par des produits en verre, bois ou métal : des matériaux plus nobles et non nocifs. Ce n'est pas toujours évident, mais c'est loin d'être impossible !

Si vous voulez comme nous vous lancer dans la décroissance en cuisine, procédez par étape. D'abord, listez ce dont vous pensez vraiment avoir besoin, puis éliminez le superflu. Pour les appareils électriques, mettez les de côté pendant un temps pour tester les non électriques. Vous verrez, on s'en passe sans problème.

Alors, à qui le tour ?

12 commentaires:

  1. Super ! On est dans la même réflexion chez nous aussi même si on est encore un "jeune couple" donc on n'a finalement pas tant que ça. Le gros problème, comme chez tout le monde, c'est le plastique. Alors, petit à petit, on remplace et, "ça tombe bien" ma spatule a rendu l'âme ce weekend !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux si vous n'avez pas encore stocké des tonnes d'ustensiles, il n'y a plus qu'à limiter les achats pour éviter le "trop plein". Pour le plastique, c'est vrai qu'il y en a partout !! Pas à pas on y arrivera !!

      Supprimer
  2. Merci pour ton article. J'entame moi même ma démarche zéro déchets. Première étape utiliser tous les produits suremballés cette semaine afin de s'en débarasser et de partir sur des bases "saines" si je puis dire ou du moins de meilleures bases que celles de maintenant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le suremballage, c'est une plaie !!! C'est bien de se fixer des étapes ! Une fois qu'on commence à la maîtriser on peut passer à une autre.

      Supprimer
  3. Genial bravo! Je suis sur la même pente et j'ai plein de copines qui sont trop contente de me racheter des tupp pour 3 fois rien lol. Bon j'en avais tellement qu'elles auront encore la chance de faire des affaires lol!

    RépondreSupprimer
  4. Chez nous aussi ça decroit ... enfin ça decroit ... Ca investit pour decroitre surtout (oui c'est assez etonnant comme concept ...) .
    On a viré les poelles en teflon et on a acheté 3 poelles en acier par exemple ... On n'achete plus d'industriel surrembalé, pas bon, plein de E-bidules , mais comme on a pas non plus de journées de 48h , on a un cooking chef qui nous aide vachement avec son electricité nucleaire (un jour on aura une batterie tesla et une eolienne, des panneaux ... un jour) . Mes physalis du jardin m'ont fait perdre patience après 24h de sechage au four (pour un resultat pas vraiment sec en plus) , et j'ai demandé au pere noel un deshydrateur ... J'ai aussi un autoclave pour les conserves . Pas vraiment minimaliste niveau equipement , mais tout ça me permet une plus grande autonomie et par consequent un detachement de la société de consommation ... Pour ma part c'est donc en consommant (au debut) que j'arrete de consommer (par la suite) . Sur ces reflexions assez paradoxales ... Bon cheminement .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si ces ustensiles te sont utiles, ils ont leur place dans ta cuisine à mon avis. A mon sens il faut simplement requestionner régulièrement leur utilité et s'en débarrasser sans trembler s'ils ne servent à rien !!

      Supprimer
  5. Pour les yaourts, mais parents font à la cocotte minute (pour le refroidissement lent)!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On connaissait sans avoir tenté et ton commentaire nous donne envie de tester !

      Supprimer
  6. J'ai déjà fait des yaourts avec un four classique, j'ai suivi cette recette http://www.marmiton.org/recettes/recette_yaourts-maison-sans-yaourtiere-a-la-casserole-et-au-four-ou-a-la-cocotte_24394.aspx
    Mais il faut un four qui gère les basses températures

    RépondreSupprimer
  7. Malgré nos jeunes ages (25 et 30ans),nous n'avons jamais eu de micro ondes... Et ça fait bien longtemps que notre cafetière est une cafetière à l'italienne qui fonctionne seulement à la force de nos petits bras. De plus en plus nous achetons en vrac mais malheureusement tous les produits ne se vendent pas encore de cette façon chez nous... C'est souvent des dilemmes quand on est dans les rayons mais c'est des choix de vie assumés, bons pour l'homme et Dame Nature.

    RépondreSupprimer